samedi, mars 16, 2019

L'homme sans plus de qualité - chapitre 2


« Votre mission, si vous l’acceptez … », pchiiiiit, fumées. Si seulement les choses pouvaient être
aussi simples. Deux ou trois tours de passe-passe techniques, des méchants, des gentils, des justiciers de l’ombre et le couple mythique Barbara Bain – Martin Landau. Stéphane ne se rappelle plus de grand-chose. Pour faire simple, on dit qu’il était mort ce qui, dans les faits, n’est pas totalement faux, question de point de vue. Parfois, dans la rue, on croit le reconnaître, on lui dit qu’il ressemble à … mais ils n’auraient pas le même âge. Ça n’émeut pas Stéphane plus que tant, il ne s’en souvient plus, juste des bribes, comme pour « Mission impossible », les premières saisons, en noir-blanc, et Barbara, et Martin dans la petite trentaine. Stéphane se souvient d’eux aussi dans « Cosmos 1999 ». Il y associe un canapé en skaï blanc, fauteuil club affaissé. C’était tout de même plus « moderne » que son logement actuel ; c’était un temps quand le siphon de l’histoire n’était pas bouché, reflux, et maintenant il y a de la vieillerie partout, ça remonte comme les débris  d’un paquebot de luxe après naufrage, de la vaisselle et des panneaux d’acajou que la marée échoue régulièrement sur les côtes. Inutile de dire que Barbara Bain et Martin Landau étaient des transitaires. Stéphane se souvient de « Goldorak » aussi, et même de « Candy Candy ». A l’époque, l’Agence recrutait chez les moins de douze ans. Ils n’imaginaient pas le succès que le genre prendrait ni qu’il serait détourné à des fins bêtement commerciales. Quoique le souffle de Miyazaki, son infinie poésie, la clef sera donnée par les poètes, les magiciens, les enchanteurs. Lorsque Stéphane est attiré loin des petits chiens, de la porcelaine en Zsolnay, en Meissen, en China Blau, loin des horloges anciennes à carillon, des précieuses carpettes en soie, loin de ce logement dont le salon d’été donne sur le lac, ce « cantonnement » qui lui a été attribué, il n’y a personne pour surveiller son sommeil, pour le veiller, le garder ici et en une pièce. Parfois, ce sont des figurines de verre, les mêmes que dans « The glass menagerie » qui prennent d’assaut sa chambre, s’introduisent par une fenêtre entrouverte ou sorte de son sac après s’y être secrètement glissées. Stéphane revient toujours hâve et épuisé de ces « missions », les bagages plein de ces petits riens, poissons multicolores en cloisonné, ballerine de porcelaine et tutu en tulle empesée, santon de terre cuite, médaillon chinois animalier. Son « cantonnement » est sans fond… Les nouvelles troupes qu’il ramène filent se faire oublier le long d’étagères chargées de livres, ou vont se camoufler entre deux piles d’assiettes. Il y a  une hiérarchie extrêmement précise qui va des objets en pierre, en minerais, en alliage, en céramique (porcelaine, china bone, faïence, terre cuite, etc.), en verre, en cristal, en bois (de l’ébène au sapin en passant par le chêne). Parfois, un ordre suprême vient modifier la préséance et ces troupes muettes, secrètes se retrouvent au bord de la mutinerie. Stéphane n’a pas à s’en préoccuper ; l’élite des transitaires est tenue hors de ces contingences. De nouvelles troupes en bakélite, en plastique, en polymère viennent de rejoindre la grande armée secrète des objets, même des figurines en coquillages. La situation l’exigeait.

Stéphane est à Berlin. Il était « en automatique » lorsque, subitement, il est monté dans un train, direction Kloten, son billet d'avion l’attendait à l’accueil. Ce genre de procédure fait bien peser une dizaine d’années sur ses épaules. On a beau le décontaminer, le régénérer, il en subsiste toujours quelques semaines. On évite, autant que possible, de le soumettre à un tel stress. Il faut savoir ménager le chevalier blanc de la légende.   

lundi, mars 04, 2019

L'homme sans plus de qualité ... - feuilleton

Préface en deux mots

Un nouveau feuilleton, en attendant une prochaine publication et parce que je garde un magnifique souvenir d'une expérience similaire. Aujourd'hui le titre existe, un joli petit livre, "Dernier vol au départ de Tegel".  Avec "L'homme sans plus de qualité ... ", le ton sera plus onirique, il s'agit d'un hybride Musil-Carroll et d'une suite, on va commencer par le café, le plat principal finira par arriver. 

Chapitre I

L’autre soir, les fleurs aux tons fanés du tapis ont attiré son regard, l’ont littéralement captivé. Il s’est demandé si elles n’avaient pas spontanément changé, à croire qu’elles ont leur vie propre. Jusqu’à leur dessin qui semble s’être … affaissé ?! Les objets ont une existence indépendante et, loin de nos regards, ils s’animent, Steeve en est persuadé. Il est bien placé pour le savoir. Lui-même a changé, alors qu’il n’était qu’une chose, le « jouet de son destin », il a même changé de nom, il s’appelle Stéphane, il a 55 ans et vit une préretraite active, selon l’expression consacrée, quoiqu’il hésite sur le « sacrée » de l’expression en question. Son grand plaisir consiste à s’allonger sur le lit, soutenu par trois-quatre oreillers, et regarder des séries policières françaises, allemandes, britanniques dans la pénombre. C’est normal. Officiellement, il est un représentant des forces de l’ordre en retraite. Il n’a pas toujours connu ce rôle. Il a déjà été un jeune étudiant rentier paumé fils d’entrepreneur. Une autre fois, il a été un assassin, à moins qu’il n’ait été le cadavre. Dans cette histoire-là, il s’est même retrouvé dans la peau d’un ado danseur alors que sa tête, ses pensées avaient passé la quarantaine. Il y a très longtemps, il a été une femme, enfermée dans ses névroses familiales et une histoire qui se confondait avec l’Histoire ! Ça s’est bien fini avec elle. Parfois, alors qu’il est au bord du sommeil, il redevient cette femme, de plus de cinquante ans. Il y a aussi la fois quand il était agent auprès d’artistes lyriques, dans une ville en été, une canicule poisseuse et des nuits hallucinées. Il a été un jeune gay aussi, à Genève, qui vivait en colocation à la rue Liotard. A Genève, il a aussi endossé la peau d’une jeune fille trahie qui avait commandité un meurtre. C’est depuis elle qu’il traîne un sentiment de culpabilité récurrent. Il a souvent été un amoureux malheureux, éconduit. Il a fait de la politique, de la résistance, il a porté des uniformes, il a parlé français, allemand, espagnol, italien et, peut-être, ukrainien ou russe.

Allez savoir … Il a laissé plein de monde derrière lui, et ça lui fait mal. Alors, pour le consoler, le calmer, on lui a envoyé deux petits chiens ; ça ressemble du moins à deux petits chiens. Et les fleurs fanent en silence parmi les nœuds faits main d’un tapis de facture iranienne. Lorsque Stéphane est très fatigué, que les chiens sont auprès de lui, à le veiller, il est quasi persuadé que les petites figurines en bronze viennois qu’il a trouvées un peu partout dans cet appartement se réunissent au pied de son lit, le veiller de même, lui donner un peu de cette vie dont ils sont secrètement animés.

samedi, janvier 26, 2019

Assemblée des délégués de l'UDC


Assemblée des délégués, UDC-SVP, Gossau, samedi 26 janvier. Il est question du programme de la prochaine législature, 78 pages et, à la dernière quelques propositions quant à la famille, l’individu, la communauté … Un amalgame, l’impair, je cite « L’UDC s’oppose à : - la polygamie, à l’égalité totale du mariage et des partenariats homosexuels ainsi qu’à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels ou des dites familles monoparentales, refuse les mariages forcés et la mutilation sexuelle des filles ; le Code pénal doit être strictement appliqué à ces cas. »

Deux délégués, Beat Feurer et Roger Bartholdi, ont proposé la suppression de tout ce qui se trouvait entre « polygamie » et « mariages forcés ».

Je suis intervenu durant le débat avec la déclaration suivante.

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs, cher camarades de l’UDC, liebe Freunde von SVP,

Nous ne sommes ni l’Union Démocratique Fédérale, ni le Parti Démocrate Chrétien, je vous demande de soutenir la suppression telle que proposée par Beat Feurer et Roger Bartholdi. Mélanger dans le même paragraphe la demande légitime d’une égalité sur le plan du mariage entre personnes du même sexe, la polygamie et l’excision est une maladresse insultante. Comme le disait le président Rösti, nous sommes le parti des gens normaux, des gens issus d’une norme inclusive et non pas exclusive, à savoir un parti qui unit urbains et agrariens, catholiques et protestants, croyants et athées, et défenseurs de la famille qu’ils soient hétérosexuels ou gays. Le mariage pour les personnes de même sexe est une question d’égalité.

Je ne parle pas de l’adoption ni de la procréation pour autrui mais de cette institution qui s’appelle LE MARIAGE. Le partenariat enregistré est stigmatisant. Les personnes homosexuelles sont souvent en butte à de la discrimination, être partenarié revient à se promener avec un triangle rose cousu sur la poitrine. Imaginez que vous deviez postuler pour un emploi et vous retrouver devant un responsable RH homophobe : votre dossier indique « partenarié » ce qui reviendra à ne pas être engagé ! Les personnes homosexuelles ne sont pas des citoyens de seconde zone, ne pas éliminer l’alinéa en question du programme de l’UDC reviendrait à déclarer ce parti homophobe et je ne me verrai plus siéger parmi vous. Merci

Silence de l’assistance.

L'assemblée a voté. Elle a suivi l'avis du comité et maintenu le paragraphe en question, l'amalgame douteux par la même occasion.
A suivre …



mardi, janvier 01, 2019

Chapitre VII ou Bananier !




Une année de plus, une année de moins, Silvester in Deutschland, avec Cy. et les chiens, et mes beaux-parents. Les années s’écoulent encore plus vite que je n’écluse ma tasse de thé, une légère mousse, moins qu’une trace sur la porcelaine, tenace une fois sèche. Qu’ai-je donc retenu de l’année écoulée ? Un peu de bruit ? de l’agitation ? des clichés, le cliché de l’auteur, du politicien, du pieux paroissien et quelques autres postures chez autrui, et pas plus de malaise que les années précédentes. Deux-trois choses émergent tout de même de la brume. La première : « Le corps du héros », de William Giraldi, une voix de l’autre côté de l’Atlantique, un écho. Ce texte m’a raconté William, un peu, et étonnement beaucoup de moi. Une sensibilité, des questions, des bobos communs vous lient bien plus qu’on ne l’imaginerait. « Construction », ce manuscrit, ou comment donner la réplique à Giraldi, une sorte de passage de témoin car la transmission ne passe pas uniquement par le sang, le père mais par les pairs de même.

La seconde chose : les deux premières saisons de « La servante écarlate », la série choc sur les dangers que l’évangélisme cul-serré fait peser sur le monde occidental. Ajoutez à cela un délire de maternité impérieuse et vous obtenez cette si probable fable, limite une projection. On y fait allègrement la chasse aux LGBT, aux prêtres catholiques, aux médecins, aux universitaires lettreux. L’esthétique y est réaliste, pas de futur improbable, juste des raclures d’hérétiques appliquant le deutéronome à la lettre sans la moindre distance, comme si un écrit aussi ancien n’avait pas besoin des lumières de la philologie, le remettre en contexte, comprendre le texte. June (l’héroïne centrale) transformée en pondeuse-objet-sexuel-sans-plaisir-même-pour-son-abuseur afin de satisfaire le violent désir de mioche de Serena, épouse du commandant Waterford, un soupçon de délire écolo, et la bible partout, tout le temps, la contrainte par la force et l’appel au sens moral. Je n’ai pas réussi à écrire la moindre ligne jusqu’ici sur mon blog à propos de cette série, à peine quelques évocations ici ou là. Pareil pour « Le corps du héros », des sujets, des récits dans lesquels j’étais et suis encore trop investi émotionnellement parce que je suis William Giraldi, je suis le personnage de June Osborne. Dans quelle mesure ? de quelle manière ? Nous sommes tous des martiens pour nos familles, nous sommes tous des citoyens lâches et bien-pensants avant de devenir des victimes du système, le nouveau Moloch qu’il faut servir aveuglément en échange de maigres privilèges, le pseudo-confort des laborieux occidentaux, divertissements, logements chauffés, nourriture et tout peut nous être arraché, comme à un chien que l’on jette dehors !

La troisième chose : le rappel dérangeant, inconfortable, un devoir négligé, le devoir chrétien de l’amour d’autrui, un devoir de compassion, un appel à la conversion qui ne souffre ni crainte ni demi-mesure. Je ne me souviens plus exactement du prêche à l’origine de cette prise (re-prise) de conscience. Aimer l’autre en dépit de lui-même. Aimer le tout autre sans pour autant trahir ses choix (de vie, politiques, moraux). Faire la part des choses pour faire une place à l’autre ou comment tout changer pour que rien ne change, pour que l’on continue à suivre le concert de Nouvel An en direct de la salle du Musikverein, Vienne, chaque 1er  janvier, autrement dit comment clore la parenthèse du jeunisme, de la mauvaise éducation en norme comportementale, du mélangisme mondialiste, de la croissance perpétuelle pour en revenir à un idéal bourgeois modéré, genre l’État k und k de l’Autriche-Hongrie.