samedi, septembre 21, 2013

Bienséance


Il y a … quelques années de cela, en 2008 pour être exact, je publiais un essai autofictif intitulé « La Dignité », la petite somme extrapolée d’échecs et de vexations, d’une certaine violence aussi, celle que j’ai subie et dont j’ai été l’auteur. N’oublions pas que le Verbe peut tuer aussi sûrement qu’une balle, un couteau ou le shoot de trop ! La littérature est un thérapeute attentif, un soutien bienveillant, une révolte constructive, un défouloir créatif mais gare à la complaisance ! L’humour et l’élégance de la plume pallient bien souvent le manque d’égard du propos. On fait avec cela de bons, de très bons  livres. Ce n’est toutefois pas une posture plaisante ni durable. Je ne regrette pas la moindre ligne publiée, ni le moindre billet de ce blog. Les « victimes » de ma plume avaient mérité son trait … avaient, l’affaire est passée et, depuis, je travaille à la construction d’une œuvre. J’espère ne pas avoir perdu le style. Je ne crois plus aux vertus de la catharsis.
Je me souviens de ma vénération pour Hervé Guibert, le bel auteur évanescent dont j’admirais le courage, l’audace et les romans à fleur de vie ; mon admiration s’arrêtait là, je préfère les garçons bruns. Bref, depuis Guibert et son « élégant » déballage (Mes Parents, Fou de Vincent, L’Incognito, À l’ami …), il y a eu Thomas Bernhard, l’immense Thomas Mann, Robert Walser, François Mauriac et le merveilleux Julien Green. Si je dois immédiatement penser à UN ROMAN, j’hésiterai entre Les Buddenbrook (Mann), Chaque Homme dans sa nuit (Green), Le Désert de l’amour (Mauriac) ou Les Enfants Tanner (Walser), des œuvres narratives intemporelles. Des œuvres dures par certains aspects mais qui, jamais, n’outrepassent la bienséance. Voici une ligne dont la littérature francophone contemporaine bien souvent s’éloigne.
Je viens de terminer le récit d’une prise de conscience, un héros à la vie réglée, un homme qui reste à la surface des choses, un roman berlinois, un après-midi d’été pesant et l’aveu d’un échec, pire le constat d’un abandon complet : déréliction ! Pas d’effets, pas de scène de beuverie, pas de bacchanale, pas de récit à clef, pas la moindre évocation de drogue, rien que des personnages qui se manquent, un bout de vie, une morale et une chute. Un texte si loin du « main stream ».

1 commentaire:

dessinrencontre a dit…

Quel gouffre entre fantasme et réalité, ce que nous nommons ainsi, ce que nous jugeons... la malédiction prédite du médiocre dans cette société de paillettes... que d'espoirs forcément déçus au bout du parcours... reste juste le souvenir parfois d'une douceur...