vendredi, mars 16, 2018

Enquête en abattoir suisse - Moudon


Je vais tenter d’être bref, je ne veux pas diluer ma colère ni cacher sous les mots ma honte, honte d’être le témoin de la torture, de la terreur d’un être sensible et innocent. La première réaction, le premier mouvement intérieur, un certain agacement devant cette image, pourquoi ce journal, le vôtre m’impose cette photo atroce. Votre rédaction fait de moi un témoin, quasi un complice puisque je ne pourrais jamais venir en aide à cet animal, ce veau terrorisé, prostré dans un angle de la pièce, une salle d’abattage carrelée jusqu’au plafond, faïence blanche, clinique, pour un nettoyage complet, une hygiène parfaite après … après, quand on aura équarri, emporté des bouts de viande qui, quelques instants auparavant, étaient encore un être vivant, un animal dont le QI et, surtout, le QI émotionnel sont égaux, voire supérieurs à ceux d’un chien.

Vous aurez compris que je fais référence à votre article du vendredi 16 mars sur l’abattoir de Moudon, sa pratique institutionnalisée de la maltraitance animale, article illustré de ce cliché terrible, trois veaux, l’un abattu, gisant dans son sang, un autre, au premier plan, assis ou accroupi, le dernier dans le coin supérieur droit du cliché, acculé, j’ai rapidement tourné la page, image insoutenable, à peine entrevue. Je pourrais me frapper, me griffer, me battre et hurler dans la rue, j’aurais voulu être dans cette pièce, cette salle et laisser libre cours à ma colère, la laisser fondre sur les criminels, ceux-là mêmes que l’on  devrait … Je n’y étais pas et mon impuissance s’est retournée ce soir contre une catelle de la salle de bain, fendue, enfoncée, j’ai mal, le tranchant de la main, j’aurai un bleu demain matin, ça tape mais ça fait moins mal que la photo, moins mal que la terreur d’un animal cerné par l’odeur du sang et la certitude de  son supplice prochain.

Je suis historien, j’ai toujours en stock une image, de quoi illustrer une situation, ce à quoi nous pouvons tous être confrontés. En l’occurrence, je comprends – toute proportion gardée – la honte de ces femmes, ces hommes, la population endimanchée d’Ottstedt am Berge ou d’un autre village voisin de Buchenwald, population forcée par l’état major américain à visiter le camp, à voir, à sentir l’horreur, concevoir ce qu’ils avaient méticuleusement tenté d’ignorer depuis 1937. Longtemps, j’ai essayé de regarder ailleurs, nier la souffrance animale, ce n’est pas moi qui tue ces bêtes et maintenant qu’elles sont mortes, ce serait dommage de gâcher la viande. Cela fait une bonne année que je ne mange plus la chaire de mammifères ou d’ovipares terrestres et, ce soir, je m’aperçois qu’il ne me suffit plus de m’abstenir. Il faut entrer en résistance contre la souffrance animale. Merci à la rédaction du 24H pour avoir confronté ses lecteurs à l’horreur de cet abattoir, ce lieu atroce, les raclures qui y travaillent. Ils ne s’en tireront pas comme ça, il y aura des suites et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir de citoyen pour que les sanctions soient exemplaires.


Aucun commentaire: